NGC 5907

Cliquer sur l’image pour l’afficher plein écran

Date
2021/07/05

Lieu d’observation
Mon observatoir permanent à Longueuil
en zone de pollution lumineuse blanche

Technique

TélescopeCelestron Edge HD – Diamètre 203 mm (8’’), focale 2032 mm, f/10
Réducteur de focalef/6.3 (63 %)
MontureCelestron CGEM
Caméra d’imagerieAtik 383 L+ monochrome régulée à -20o Celsius
Caméra d’autoguidageZWO ASI 120MM avec un diviseur optique
Précision d’autoguidage (RMS)2,21″ d’arc RMS (4,42″ d’arc au total)
Type d’imageRVsB(RVsB)
(Vs pour vert synthétique)
ExpositionRouge (30 x 3’ bin 2×2), Bleu (25 x 3’ bin 2×2)
Logiciel d’acquisition des imagesMaxim DL
PrétraitementMaxim DL
TraitementPhotoshop et PixInsight
Traitements spécifiquesCréer une couche verte synthétique
Créer une image de luminance synthétique en utilisant l’image couleur RVsB

Descripton de l’objet

Type d’objetGalaxie spirale vue par la tranche « La galaxie de la lame de couteau »
ConstellationDragon
Magnitude visuelle10,16
Brillance de surface13,8
Distance56 millions d’années-lumière
Diamètre140 000 années-lumière
Dimension vue de la Terre11,3 x 1,8 minutes d’arc 
La galaxie NGC 5907 est une galaxie spirale vue par la tranche. Elle est située à environ 56 millions d’années-lumière de la Terre. Son diamètre est d’environ 140 000 années-lumière. Elle a été découverte le 5 mai 1788 par William Herschel. C’est William Parsons qui remarque le disque et le nomme NGC 5907. Sa forme très effilée lui a valu le surnom de « lame de couteau » (en anglais Knife Edge ou Splinter galaxy) en 1970 par l’astronome amateur Walter Scott Houston. La galaxie est composée principalement d’étoiles naines blanches et de petites étoiles denses en fin de vie.

Dans un site sans pollution lumineuse, la galaxie est visible seulement en utilisant un télescope de grand diamètre de 250 mm et plus. Elle ressemble alors à une fine lame de couteau, d’où son surnom. La photo fait ressortir beaucoup plus de détails, y compris un noyau lumineux et une bande de poussière sombre proéminente.

Dans mon image, qui a été prise dans un site de pollution lumineuse extrême (zone blanche), on constate avec étonnement que la galaxie a été très bien résolue ! Je l’ai photographiée sans filtre antipollution lumineuse ! J’ai plutôt opté pour utiliser des temps d’exposition courts et de prendre beaucoup d’images pour bénéficier de la formule suivante : Augmentation du rapport Signal / Bruit = √ nombre d’images. Les temps d’expositions courts ont été calculés pour ne pas surexposer le fond du ciel dû à la pollution lumineuse importante de mon site d’observation. Comme c’est un objet à spectre lumineux continu, je m’assure toujours, avant de prendre la photo, que sa brillance de surface (en mag/arcmin2) est égale ou supérieure à 14 (plus brillant, chiffre plus petit 13, 12, 11 …) puisque la brillance de surface de mon ciel est évaluée à 15. La brillance de surface de cette galaxie étant de 13,8, elle est donc accessible à mon site d’observation. En utilisant ce savoir, je suis toujours assuré, avant de prendre la photo, que je capturerai suffisamment de signal de l’objet ! Pour les personnes intéressées, j’explique en détail cette technique d’imagerie dans un ciel de pollution lumineuse. Voir le lien suivant :
https://ciel-astro-ccd.com/wp/temps_exposion-pollution/.

Dans mon image, on peut aussi voir une très petite galaxie en bas vers la droite. Elle est cataloguée PGC54419. Elle est située à environ 49 millions d’années-lumière de la Terre et son diamètre est d’environ 10 000 années-lumière. Sa dimension, vue de la Terre, est de seulement 54 x 31 secondes d’arc. Sa magnitude visuelle est de seulement 15,34, à la limite de la brillance de surface du fond du ciel de mon site d’observation !
Richard Beauregard
Le Ciel Astro – CCD
Mon impression « Nous ne pouvons pas être seuls dans ce gigantesque univers »