CHOISIR L’ÉQUIPEMENT POUR L’ASTROPHOTOGRAPHIE

Pour le débutant en astrophotographie du ciel profond et du système solaire, il n’est pas facile de s’y retrouver lorsque vient le temps de choisir son équipement dédié à cette tâche. Il y a actuellement un offre impressionnante d’équipement dédié à l’imagerie astronomique. Pour vous aider à faire un choix, voici quelques conseils pour sélectionner votre équipement en astrophotographie qui vous servira dès le début et qui vous permettra d’évoluer dans votre future passion pour plusieurs années sans être dans l’obligation de continuellement réinvestir dans l’achat d’équipement plus performant.

Pour débuter, je vous conseille de vous inscrire à un club d’astronomie de votre région. Ces clubs ont souvent un site d’observation où il y a peu de pollution lumineuse. Aussi, ils offrent souvent à leurs membres le prêt gratuit d’équipement pour l’observation ainsi que des conseils et assistances pour bien débuter. Cela vous permettra de vous initier à manipuler correctement l’équipement dédié à l’observation astronomique et en même temps de vous familiariser à la découverte des constellations qui changent selon les saisons. Avec ces connaissances acquises, il sera beaucoup plus facile d’aborder l’astrophotographie du ciel profond et des planètes.

Deux domaines existent en astrophotographie : la photographie du système solaire (planètes, Lune et Soleil) et l’imagerie du ciel profond (nébuleuses, galaxies et amas d’étoiles). Ces deux catégories exigent en partie un équipement différent. Pour mieux choisir l’équipement spécifique à ceux-ci, voir la section Calculs astronomiques de ce site.

Pour l’imagerie du Soleil, il faut choisir un équipement spécifique et très spécialisé pour le photographier. L’équipement proposé ci-dessous n’en tiendra pas compte.

Concernant la monture, il est obligatoire qu’elle soit motorisée dans le but de compenser la rotation de la Terre. Pour le ciel profond, qui demande de longs temps d’exposition, il est important que la monture soit suffisamment précise pour suivre adéquatement les objets du ciel profond en autoguidage, sans produire des étoiles allongées par exemple. Il est fortement suggéré d’utiliser une monture de type équatoriale qui permettra un suivi sans rotation de champ. Aussi, avant d’effectuer son choix, il faut s’assurer que la monture pourra supporter tout l’équipement dédié à l’astrophotographie. Les fabricants indiquent le poids maximum que la monture peut supporter. Pour l’astrophotographie, il faut ajuster ce poids à 75% du poids maximum. La raison est que la précision de suivi en astrophotographie est plus exigeante que l’observation visuelle. Il ne faut donc pas se rendre à la limite de la puissance des moteurs. La monture choisie pourra être utilisée pour l’imagerie planétaire sans problèmes, car la qualité de suivi est beaucoup moins importante que l’astrophotographie du ciel profond. Cela évitera ainsi d’acheter deux montures.

Voici donc une liste de suggestions d’équipement non exhaustive pour l’achat de matériel dédié à l’astrophotographie :

Montures équatoriales

Voici une liste de montures de très bonne qualité ayant une capacité de charge suffisante pour l’astrophotographie. Tous les prix sont en dollars canadien (CAD).

Monture Sky-Watcher EQ6-R Pro

  • Prix : 2 200 $
  • Capacité de charge : 20 kg (astrophotographie 15 kg)
  • Estimé de l’erreur périodique en autoguidage : 5″ d’arc (+/- 2,5″ d’arc) et moins – Évaluation : Très bon

Note : On peut acheter de très bonnes montures à moindre coût avec cette compagnie. Mais, la capacité de charge sera insuffisante pour supporter le poids de tout l’équipement d’astrophotographie ci-dessous.

Celestron CGEM II

Ioptron CEM70

  • Prix : 3 350 $ (sans trépied)
  • Capacité de charge : 31,8 kg (astrophotographie 24 kg)
  • Erreur périodique sans autoguidage : 7″ d’arc (+/- 3,5″ d’arc) selon l’évaluation du fabricant
    • En autoguidage l’erreur périodique sera inférieur – Évaluation : Très bon

Software Bisque Paramount MYT

Software Bisque Paramount MyT Robotic Mount
  • Prix : 7 900 $ (sans trépied)
  • Capacité de charge : 23 kg en astrophotographie
  • Erreur périodique en autoguidage : Moins de 2″ d’arc (+/- 1,25″ d’arc) lorsque la turbulence atmosphérique est faible – Évaluation : Excellent

Lunettes

Servira pour photographier les objets du ciel profond demandant un  grand champ de vision (nébuleuses à émission et réflexion).

Explore Scientific ED80 Essential Series Triplet APO

Orion ED80T CF Triplet Apochromatic Refractor Telescope

  • Prix : 1 300 $
  • Ajouter un correcteur de coma : 180 $
  • Poids : 2,5 kg
  • Diamètre : 80 mm
  • Longueur focale : 480 mm
  • Focale : f/6

Le tube est en fibre de carbone n’ayant aucune sensibilité aux changements de températures. Cela évitera de refaire la mise au point durant la session d’imagerie.

Télescopes

Servira pour photographier les objets du ciel profond (galaxies, nébuleuses planétaires et amas d’étoiles) ainsi que le système solaire (planètes, Lune).

Celestron EdgeHD 800 OTA

  • Type : Schmidt-Cassegrain (le miroir primaire peut être bloqué, ci qui est un grand avantage)
  • Prix : 1 900 $
  • Poids : 6,4 kg
  • Pour le ciel profond, il faut ajouter un réducteur de focale de 0,7x pour le EdgeHD 800 :
    • Prix : 490 $
  • Pour l’imagerie des planètes, il faut ajouter une Barlow 2x :
    • Prix : de 150 $ à 400 $
  • Diamètre : 203,2 mm (8 pouces)
  • Longueur focale : 2 032 mm
  • Longueur focale avec le réducteur de focale 0,7x : 1 422 mm
  • Focale : f/10
  • Focale avec le réducteur de focale 0,7x : f/7

Ce télescope est plus performant que le Sky-Watcher ci-dessous pour la photographie des planètes, car sa collimation est plus stable et plus rapide à réaliser. On peut la réaliser juste avant la session d’imagerie de la planète (la photographie des planètes demande une très bonne collimation).

Sky-Watcher Quattro 200P Imaging Newtonian 8 ″

  • Type : Newtonien
  • Prix : 900 $
  • Poids : 9,5 kg
  • Pour le ciel profond, il faut ajouter le correcteur de champ Sky-Watcher Quattro coma corrector :
    • Prix : 410 $
  • Pour l’imagerie des planètes, il faut ajouter une Barlow 3x ou 4x :
    • Prix : de 150 $ à 400 $
  • Diamètre : 203 mm (8 pouces)
  • Longueur focale : 800 mm
  • Focale : f/4

On peut aussi choisir des télescopes de plus grand diamètre, mais le prix et le poids augmentent beaucoup et ils ne sont pas vraiment essentiels pour le débutant et même l’amateur expérimenté en astrophotographie.

Imageurs pour le ciel profond

Ici, je recommande des caméras monochromes seulement. Toutes les caméras peuvent être refroidies à des températures constantes, permettant de réduire le bruit de fond de façon importante et de faciliter la production des Noirs (Darks). Ces caméras monochromes sont aussi idéales pour l’imagerie à bandes étroites dans un ciel de pollution lumineuse.

ZWO ASI2600MM Pro Mono 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est asi2600mm.jpg.

    • Matrice ou capteur : CMOS
    • Prix incluant la roue à filtres et les filtres LRVB : 3 729 $
    • Poids : 0,7 kg
    • Cette caméra peut aussi servir pour l’imagerie des planètes.
    • Voir les spécifications techniques et une analyse comparative dans le lien suivant : https://ciel-astro-ccd.com/wp/cmos_ou_ccd/
    • Évaluation globale : 7,9/10

    ZWO ASI1600MM Pro Mono

    1600MM Pro7

    • Matrice ou capteur : CMOS
    • Prix incluant la roue à filtres et les filtres LRVB : 2 109 $
    • Poids : 0,41 kg
    • Cette caméra peut aussi servir pour l’imagerie des planètes.
    • Voir les spécifications techniques et une analyse comparative dans le lien suivant : https://ciel-astro-ccd.com/wp/cmos_ou_ccd/
    • Évaluation globale : 6,5/10

    Atik 383L+ Mono

    • Matrice ou capteur : CCD
    • Prix incluant la roue à filtres et les filtres LRVB : 3 197 $
    • Poids : 0,7 kg
    • Voir les spécifications techniques et une analyse comparative dans le lien suivant : https://ciel-astro-ccd.com/wp/cmos_ou_ccd/
    • Évaluation globale : 6,6/10

    Caméras planétaires et d’autoguidage

    ASI462MC body

    Il existe une très grande variété de caméras pour l’imagerie des planètes. Elles peuvent servir aussi pour l’autoguidage de la monture. Les prix varient de 200 $ à 1 000 $. Je recommande les caméras ASI de la firme ZWO.

    Autres accessoires pour l’imagerie du ciel profond et des planètes

    Il faudra prévoir l’achat d’autres accessoires pour l’imagerie du ciel profond et des planètes. Par exemples : filtres à bandes étroites (Ha, OIII, SII), queue d’aronde, diviseur optique pour l’autoguidage, matériel de mise au point tel que la masque de Bahtinov, Robofocus … Prévoir un investissement additionnel d’environ 1 000 $ à 3 000 $ pour ces équipements. Prévoir un poids additionnel d’environ 2 kg.

    Voici un exemple de montage de tout l’équipement sur une seule monture qui permet l’imagerie dans toutes les situations (grand champ de vision, ciel profond et planétaire) :

    sdfg

    Cliquer sur l’image pour l’agrandir. L’équipement est celui de l’auteur. Voir la description détaillée en cliquant sur ce lien.

    Selon les conseils pour l’équipement en astrophotographie ci-dessus, le budget à prévoir représente un investissement de 8 500 $ à 20 000 $. La charge maximum en astrophotographie varie de 11 à 15 kg selon l’équipement sélectionné. On peut aussi aller dans l’usager pour diminuer les coûts.

    On peut aussi procéder graduellement, par exemple s’équiper pour l’imagerie planétaire, ensuite pour le ciel profond (galaxies, amas d’étoiles, nébuleuses planétaires) et en dernier lieu pour l’imagerie du ciel profond en grand champ de vision (les nébuleuses à émission et réflexions). Cela permettra ainsi de répartir l’investissement sur trois ans par exemple.

    Vous pouvez aussi vous spécialiser dans un seul domaine, par exemple la photographie des objets du ciel profond en grand champ de vision (nébuleuses à émission et à réflexion). Cela vous permettra d’acheter une monture avec une capacité de charge moins importante, donc moins dispendieuse ainsi qu’une des deux lunettes suggérées ci-dessus. Le coût total sera bien moindre. Il sera possible de s’équiper pour un budget de 4 000 $ environ.

    Conclusion

    L’équipement que vous allez choisir est la base de la qualité des images. Ensuite, il faudra se familiariser aux techniques d’acquisition et de traitement des images astronomiques. Pour en savoir plus, consulter les sections du site portant sur le sujet (voir le menu d’entête ci-dessus). On constatera qu’on est loin de la simple photo de famille ! Ainsi, bien qu’on ait investi dans un équipement très performant, si on échoue lors du traitement des images, les photos seront médiocres, sans détails et de faible luminosité. Donc, il faut prendre le temps de bien lire et comprendre les techniques d’acquisition et de traitement des images proposées sur ce site dans le but de bien les appliquer. On peut ainsi affirmer, pour l’acquisition et le traitement des images, que le diable est dans les détails !

    Avec l’équipement suggéré ci-dessus et compatible avec mon équipement personnel, voir des exemples d’images que j’ai personnellement produites pour le ciel profond en cliquant sur ce lien. Ces images ont été produites dans mon observatoire personnel à Longueuil, Québec, Canada, dans un site de pollution lumineuse extrême (zone blanche).

    En dernier lieu, considérant que l’équipement proposé demande un investissement minimum important, vous pouvez tenter l’expérience avec un équipement en location, contrôlé à distance, dans des sites sans pollution lumineuse. Pour en savoir plus, consulter les sections suivantes du site :

    Cette dernière stratégie permettra de tester votre intérêt et vos habiletés à produire de très belles images astronomiques à moindre coût, pouvant même rivaliser avec des observatoires professionnels !

    Note :

    Les prix mentionnés sont au mois d’avril 2021 et sont en dollars canadiens (CAD). Pour les autres devises, utilisez le taux de change du jour pour avoir une estimation des coûts pour la monnaie de votre pays.

    Richard Beauregard

    Le Ciel Astro – CCD

    Révisé le 2021/07/10